mercredi 1 octobre 2008

G testé... "l'épilation intime (à la cire) maison"


Tranquillement assise sur votre canapé, vous êtes en train de lire une revue littéraire reconnue (Cosmo, Glamour...) quand votre regard est attiré par une pub vantant une cire pour zones sensibles. La fille affiche un regard "même pas mal" convainquant et en plus ça sent bon (il manquerait plus que ça sente le caoutchouc brûlé !). A la vue de ce visage à la délectation épilatoire, germe dans votre esprit un : "Moi aussi, je veux ! " Parce qu'après tout c'est vrai, 35 euros d'esthéticienne pour qu'elle vous mette les pattes en l'air et le derrière au vent, nous aussi on peut faire et puis ça ne fait pas plus mal que de retirer un bout de sparadrap du doigt. De toute façon, que vous l'appeliez "touffu", "frisé", "minou", "minouche" ou "tante charlotte", on ne cesse de vous le dire, le ticket de métro (à ne pas confondre avec le ticket SNCF), le "Kojac", le "galet", "la petite fille au vent", c'est toujours plus élégant.




C'est donc animé d'aucun doutes que vous allez d'un pas serein chercher le pot miracle. Une fois à la maison, vous vous jetez sur l'objet tant attendu . La couleur est attrayante (oui, je sais pour l'usage qu'on en fait on s'en fout mais c'est pour vous laissez en confiance. Les couleurs pastelles ne sont pas synonymes de douleur même si dans ce cas précis on aurait dit une vache milka fondue. Méfiance ?). L'odeur est agréable (crumble pommes/ fruits rouges à peine brûlé). Donc, on y va !!!

Et là, première erreur ! Préalablement, il faut talquer ! L'esthéticienne le sait (elle est payée pour le savoir) mais lui, le pot, l'ignore et vous dans un moment d'alzheimer aussi. Trop tard ! La vache milka s'étale mollement sur la toison de vos poils pubiens attendant la fin de son agonie. A ce moment, vous n'avez qu'une envie: balancer de paires de gifles à la groluche de la télé et de jeter les oeuvres littéraires qui vous parlent de gazon maudit. Plus le choix il faut tirer.

En cet instant, vous poussez un cri digne d'un kiwi népalais écrasé par un yéti. Pas la peine d'appeler les pompiers ou de déclencher le plan ORSEC, il faut juste expliquer à tout le quartier (dans un sourire digne) que vous êtes juste en train de ramasser les restes de votre minette dépoilée. Cependant, après constat, vous pouvez être satisfaite. Le résultat est là ! Vous avez tout eu (même ce que vous ne vouliez pas). La peau, les poils et sûrement la rétine de votre globe oculaire droit qui sous la pression est tombée.

45 minutes et 2 bandes plus tard ainsi qu'une minouche de la taille d'un l'éléphant de mer, c'est d'un oeil embué que vous renoncez face à la jungle vastement poilue de votre petit jardin. D'ailleurs au fond de vous vous avez toujours su que vous étiez une amie de la nature (maintenant vous en êtes convaincue). Il faut laisser en jachère. Et puis nous le savons depuis si longtemps. Non à la déforestation (du croupion)!!!!

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci;Ton histoire est tés drole!! Je me suis bien marré en la lisant!Je le sais pour l'avoir essayé ce n'est pas des plus évident à faire seul! Mais a force de pratique on arrive tout de mème a des résultats plus que bien (comme chez l'esthéticienne!)tarifs prohibitifs en moins!
J'ai testé plusieurs autres méthodes et c'est tout de mème celle qui est la plus rapide et la moins douloureuse!

Miss G* a dit…

Je me suis bien marrée en te lisant.
J'ai déjà testé la cire en pot, ne serais-ce que pour les jambes et bien je n'ai pas le coup de main, en dehors de la douleur et de 25€ en moins, je n'ai rien gagné...
J'ai tout testé, l'esthéticienne, pleins de types de cire, épilateur, bref je m'en remet au rasoir: simple, rapide efficace, s'emmène partout et n'est pas cher.

En tous cas, tu as l'art de raconter les choses de façon amusante!

catherineparis a dit…

J'ai vécu la même histoire exactement. Bien raconté et drôle !
J'ai retenté le coup avec la cire orientale au sucre Nedjma (chez Tati et parfois chez Carrefour). Il faut savoir la malaxer entre ses doigts et l'étirer d'un coup de pouce et l'ôter pareillement, mais c'est nickel. Le hic c'est que ça arrache tout au bout de 5 à 6 passages sur la même zone. Résultat : un problème d'irritation locale et sûrement plus car j'ai eu après des mycoses à répétition et une flore intime totale bousillée. j'ai mis un an à m'en remettre : ovules, traitement à la vitamine C interne, gel hydratant, probiotique spécial minou, la galère ! Pour info, il y a maintenant une consultation "pathologie de la vulve" (je suis journaliste santé) )à l'institut Alfred Fournier de Paris qui regorge de nanas de tous les âges qui ont le sexe et la flore bousillée par les épilations. Alors, prudence. Faire le tour oui, allez au ras, hum... Danger ! C'est vrai que c'est doux et marrant mais avant les hommes nous aimaient avec poils, ils n'ont qu'à y revenir !